JIM

APLV : se méfier des allergènes résiduels « cachés » dans les médicaments

L’élément-clé de la prise en charge de l’allergie alimentaire est la stricte éviction de l’allergène en cause. Les parents des enfants allergiques reçoivent des conseils individualisés et une éducation pour mener à bien cette éviction. Toutefois, des allergènes alimentaires « cachés » peuvent être présents dans des médicaments délivrés à l’enfant et être à l’origine de réactions allergiques inattendues. Des dérivés alimentaires […]

JIM

Allergie aux protéines de lait de vache : sur la piste de l’immunomodulation

Immunomodulation

De nombreux changements ont eu lieu au cours des dernières années dans la prise en charge de l’allergie alimentaire. L’approche standardisée et « passive » consistant en une diète d’éviction a cédé progressivement la place à des projets de  prise en charge « proactive » plus personnalisée, prenant en compte le phénotype spécifique, avec la possibilité de moduler activement le système immunitaire. Une publication […]

JIM

Sept fois moins de tolérance à 1 an pour l’APLV IgE médiée

Illustration APLV IgE médiée

L’allergie aux protéines du lait de vache (APLV) peut être IgE-médiée ou non. Ces deux formes se distinguent cliniquement par le délai d’apparition des manifestations allergiques : immédiates pour les premières, retardées ou semi-retardées pour les secondes. Les symptômes de l’allergie IgE-médiée balaient un large spectre de manifestations allergiques, de l’urticaire péri-buccale simple à la réaction anaphylactique. Ceux de l’allergie non […]

JIM

Les enjeux moléculaires dans l’allergie aux protéines de lait de vache

L’allergie aux protéines de lait de vache (APLV) n’est pas fréquente, mais affecte des enfants en bas âge. Un diagnostic rapide revêt une importance particulière, l’allergie pouvant affecter gravement la santé de l’enfant. Plusieurs guidelines ont été publiées pour définir la démarche diagnostique de l’allergie aux protéines de lait de vache. À côté de l’examen clinique et de la prise […]

JIM

La diversification alimentaire, c’est préférable entre 4 et 6 mois

visuel sur la diversification

Dans les années 90, la prévention des allergies alimentaires impliquait l’éviction des aliments allergisants pour les enfants à haut risque (ayant un antécédent familial d’atopie chez un parent du premier degré), et parfois même pour leur mère pendant la grossesse et l’allaitement. Le lait de vache devait par exemple être évité jusqu’à 12 mois et les œufs ne devaient pas […]

JIM

Contre l’allergie alimentaire, adoptez un chien !

La prévention des allergies est devenu un enjeu majeur pour enrayer leur progression. Le rôle du microbiome semble de plus en plus évident dans le développement de certaines manifestations allergiques, comme la dermatite atopique, l’atopie et le wheezing. Certaines conditions, comme la naissance par césarienne ou un traitement antibiotique perturbent son développement et sont associés à une augmentation du risque […]

JIM

Le stress maternel a-t-il un rapport avec l’allergie alimentaire de l’enfant ?

L’allergie alimentaire affecterait entre 3 % et 6 % des enfants et son incidence serait en augmentation. De nombreux travaux sont consacrés à la compréhension de leur survenue. Parmi l’une des causes possibles, le stress maternel, fréquent pendant la grossesse. En zone urbaine, le stress prénatal affecterait plus de 75 % des femmes. Il a été associé à l’atopie, à travers l’activation […]